Angus

Expédition Xtraordinaire – Le projet : un tour du monde en un an à la découverte des 4 continents (à vélo, à moto et à la voile !) afin de réaliser un reportage sur le regard que portent les différentes cultures sur les personnes atteintes d’un handicap mental. A noter : En Thaïlande, les 2 acolytes ont pu rencontrer une équipe de chercheurs étudiant la possibilité de mettre en place une thérapie pour les personnes autistes via le contact avec les éléphants. Pour plus d’informations, c’est ici !

·

Multicap – « Handicap à travers le monde » – « Pour répondre aux deux objectifs de notre projet, nous parcourons les 5 continents pendant plus de 275 jours d’exploration à la rencontre de dizaines d’acteurs du handicap à  travers le monde, avec l’ambition de réaliser un film documentaire et un portail web de communication et d’échange autour du handicap. » A découvrir !

·

Bibliographie

Un chat nommé Darwin : Comment un chat de gouttière a transformé un scientifique en être humain – « Célibataire endurci, William Jordan est convaincu de n’avoir besoin de personne pour être heureux… Ses certitudes sont ébranlées et sa vie à jamais transformée le jour où un gros chat roux s’invite dans son jardin et lui mordille la main à l’ombre d’un bougainvillier. Lui, le scientifique qui a toujours considéré les animaux comme des objets d’étude, tombe sous le charme… II adopte le chat et le baptise Darwin. Hélas, William découvre bientôt que Darwin est porteur d’un virus fatal. A mesure que le lien affectif grandit et que la santé du chat décline, cet homme froid éprouve des émotions dont il ne se serait jamais cru capable. « Avec un chat, on ne communique pas mais on communie, se surprend-il à penser… Et peu importe aux neurones que l’être aimé soit un humain ou un animal, le mécanisme est le même. Cette déclaration d’amour d’un homme à son chat est un livre tendre, drôle et émouvant. Une véritable leçon de vie. »

 Qui sont les animaux ? – Ouvrage collectif de Frédéric Boyer, de Florence Burgat, de Philippe Descola, de Vinciane Despret, d’Élisabeth de Fontenay, de Nathalie Gibert-Joly, de Frédéric Keck, de Catherine Larrère, de Stéphane Legrand, de Jean-Pierre Marguénaud, de Michel Pastoureau, de Pascal Picq et de Francis Wolff. Édition publiée sous la direction de Jean Birnbaum.

«La pensée occidentale a longtemps défini l’animal par ce qui lui manque : la raison, la pudeur, le rire… Aujourd’hui, notre imaginaire reste dominé par la conception cartésienne de « l’animal-machine », incapable d’accéder au langage, dépourvu de subjectivité, donc privé de tout droit. Or l’actualité vient régulièrement nous rappeler l’étrange proximité qui nous lie aux animaux : crise de la « vache folle », grippes « aviaire » ou « porcine »… Surtout, les avancées de la recherche remettent en question la frontière entre l’Homme et l’Animal. Ainsi, les travaux des paléoanthropologues ou des éthologues soumettent la foi humaniste dans le « propre de l’homme » à rude épreuve. Mais, alors, comment relativiser l’exception humaine sans sombrer dans la confusion entre tous les vivants ? Comment l’homme peut-il prendre ses responsabilités envers l’animal, voire reconnaître avec lui une communauté de destin, sans se comporter lui-même comme une bête ?»

·

 Le Philosophe et le Loup – de Mark Rowlands. « Vivant, drôle, intelligent, insolite, un essai inspiré de la relation entre un professeur de philosophie et son loup. À travers la parabole de l’amitié entre l’homme et l’animal, jalonnée des lectures d’Epicure ou de Kundera, une bouleversante invitation à réfléchir sur nous-mêmes et sur le monde. Mark Rowlands est tout jeune professeur de philosophie à l’université d’Alabama lorsqu’il adopte un loup de six semaines qu’il baptise Brenin. C’est le début d’une cohabitation improbable, dont le philosophe sortira enrichi et transformé à jamais. Du difficile dressage des débuts aux longues promenades dans les montagnes sauvages de l’Alabama, de l’épreuve de la maladie à la naissance des petits de Brenin vont surgir d’extraordinaires leçons de vie. Une réflexion passionnante sur l’homme et la nature, où le philosophe va réévaluer des questions essentielles comme l’amour, le bonheur, la nature ou la mort. Un document tour à tour poignant et amusant, léger et brillant, qui nous fait comprendre ce que c’est qu’être humain, profondément. »

Une interview de l’auteur, Mark Rowlands, est disponible sur le site Univers-Cité du Chien !

 Into the Wild, Voyage au bout de la Solitude – Ecrit par Jon Krakauer (Ed. 2007). «Il avait renoncé au rêve Into the Wildaméricain. Pour vivre une aventure extrême. En 1992, le cadavre d’un jeune homme est découvert dans un bus abandonné en Alaska, au pied du mont Mckinley, loin de tout lieu habité. Fils de bonne famille, Chris McCandless aurait dû en toute logique devenir un américain bien tranquille à l’avenir sans surprise. Mais, dès l’obtention de son diplôme universitaire, il décide de partir à l’aventure. Après avoir fait don de ses économies à une œuvre humanitaire, il entame son périple sous un nom d’emprunt avec sa vieille voiture, qu’il abandonnera un peu plus tard. Il sillonne le sud des Etats-Unis, subsistant grâce à de menus travaux, avant de réaliser son grand projet: s’installer au cœur de l’Alaska, seul, en communion avec la nature. Mais on ne s’improvise pas trappeur, ni homme des bois… Ce parcours dramatique d’un jeune homme qui a voulu vivre jusqu’au bout son impossible idéal est retracé par Jon Krakauer, l’auteur du best-seller Tragédie à l’Everest.» Livre-culte dans le monde entier, Into the Wild a d’emblée fasciné Sean Penn, qui en a réalisé une adaptation cinématographique applaudie par la critique américaine !

 Un Hiver avec Baudelaire. «Prends-moi avec toi, et de nos deux misères nous ferons peut-être un espèce de bonheur !» – Baudelaire, «Les Bons Chiens» poème extrait de : Le Spleen de Paris. Quatrième de couverture : «Sa femme l’a mis dehors, son CDD n’est pas prolongé. Philippe est happé dans la spirale infernale et passe de l’autre côté de la barrière sociale : SDF, confronté à la dure loi de la rue, faite de solitude, de honte et de violence. Jusqu’au jour où il rencontre Baudelaire. Grâce à cet inénarrable compagnon d’infortune, et avec l’aide d’un vendeur de kebab, d’une riche veuve et d’une dame pipi, il réussit à remonter la pente. Et à retourner à une vie normale. »

  De Serge Ciccotti : Psychologue et chercheur associé à l’université de Bretagne-Sud, il a déjà publié trois titres chez Dunod dans la série des « Petites expériences de psychologie  »  sur le bébé (2007), nos semblables (2ème éd., 2008), les relations hommes-femmes (2008).

Et Nicolas Guéguen : Professeur de psychologie sociale et cognitive à l’université de Bretagne-Sud, il dirige le laboratoire de recherche GRESICO de cette même université. Il a déjà publié chez Dunod trois titres dans la série « Petites expériences de psychologie » sur le consommateur (2005), la séduction (2007) et les prénoms (2008). Il est aussi l’auteur de nombreux titres parus en psychologie universitaire.

«Les découvertes les plus surprenantes de la psychologie scientifique en 100 comptes rendus d’expériences pour mieux comprendre…notre animal familier et l’influence qu’il peut avoir sur nous. 100 questions réparties dans six grands chapitres traitant : des aptitudes et compétences animales ; des interactions homme-animal ; de l’impact de l’animal sur notre santé physique et mentale ; de l’animal anti-dépresseur ; des relations sociales.
Exemples de questions : est-il possible qu’une personne ressemble à son chien ? Votre chat est-il plus intelligent que vous ? Pourquoi un bébé et un chiot élevés ensemble deviennent-ils inséparables ? Pourquoi caresser un chien permet-il de réduire la pression artérielle et le niveau de stress et de ralentir le rythme cardiaque ? Pourquoi posséder un animal à poils dès le début de sa vie permet de réduire les risques d’asthme, rhinites et allergies ?»

♦♦♦

Filmographie

 Loup (Réalisateur : Nicolas Vanier. Sortie : 2009). «Sergueï est un Évène, ces nomades éleveurs de rennes qui vivent dans les montagnes de Sibérie orientale. A l’âge de 16 ans, Sergueï est nommé gardien de la grande harde du clan de Batagaï. Ce clan – dont le chef n’est autre que son père – est composé de quatre familles et de leur harde de 3000 rennes qu’ils conduisent d’un alpage à l’autre au gré des saisons. Dans cette immensité, le loup rôde et menace en permanence les rennes ; unique richesse et fierté des Évènes. Dès son plus jeune âge, Sergueï a appris à chasser et abattre les loups sans état d’âme. Jusqu’au jour où sa rencontre avec une louve et ses quatre adorables louveteaux va bouleverser toutes ses certitudes… C’est à cet instant que sa vie bascule.
Pour protéger « ses » loups, Sergueï va transgresser les lois millénaires de son peuple et ainsi trahir son père et son clan. Dans l’insouciance de sa jeunesse, Sergueï va braver l’interdit : le jeune garçon et les louveteaux vont mutuellement s’apprivoiser. Par amour, il partagera ce lourd secret avec la belle Nastazia. Mais c’est sans compter que le loup garde son instinct de prédateur…»

 Marley et Moi (Réalisateur : David Frankel. Sortie : 2009). «Jeunes mariés, John et Jenny viennent de s’installer en Floride, où chacun a trouvé un emploi de journaliste dans des journaux concurrents. Alors que l’idée d’avoir leur premier enfant se profile, John offre un adorable chiot à sa femme, espérant retarder l’échéance… C’est ainsi quemarley et moi Marley entre en piste. En grandissant, l’animal se révèle aussi craquant que dévastateur et la maison devient son terrain de jeu. Le canapé, les livreurs, les poubelles, la dinde traditionnelle et même l’école de dressage ne lui résistent pas. Rien n’échappe à sa voracité, pas même le nouveau collier de Jenny… Au rythme des années et des catastrophes qu’il provoque, Marley voit Jenny et John vivre les hauts et les bas d’une vie de famille, d’une carrière, les changements de maison et surtout, les innombrables défis d’une famille qui s’agrandit… Pour John et Jenny, Marley est définitivement le pire chien du monde. Pourtant, cette tornade d’énergie poilue va leur enseigner la plus grande leçon de leur vie…» D’après le roman Marley et moi, mon histoire d’amour avec le pire chien du monde de John Grogan, aux éditions JC Lattès. On pourrait croire à une comédie hollywoodienne « de base », et pourtant, on peut en être agréablement surpris !

le renard et l'enfant Le Renard et l’Enfant (Réalisateur : Luc Jacquet. Sortie : 2007). «Pousser sur la pointe des pieds la porte cachée du monde sauvage. Tenter de renouer le lien brisé entre l’homme et l’animal. Après mille peurs et mille timidités, oser un beau jour s’apprivoiser. Et redécouvrir comme par enchantement. Ce que peut être une petite fille à travers les yeux d’un renard… et ce que peut être le monde du renard à travers les yeux d’une petite fille. S’émerveiller. Et tenter l’aventure d’une amitié utopique…»

 Ratatouille (Réalisation : Brad Bird. Sortie : 2007). «Rémy est un jeune rat qui rêve de devenir un grand chefratatouille français. Ni l’opposition de sa famille, ni le fait d’être un rongeur dans une profession qui les déteste ne le démotivent. Rémy est prêt à tout pour vivre sa passion de la cuisine… et le fait d’habiter dans les égouts du restaurant ultra coté de la star des fourneaux, Auguste Gusteau, va lui en donner l’occasion ! Malgré le danger et les pièges, la tentation est grande de s’aventurer dans cet univers interdit.
Ecartelé entre son rêve et sa condition, Rémy va découvrir le vrai sens de l’aventure, de l’amitié, de la famille… et comprendre qu’il doit trouver le courage d’être ce qu’il est : un rat qui veut être un grand chef…»

Danse avec lui (Réalisateur : Valérie Guignabodet. Sortie : 2007). «Un concours d’obstacles, un cheval, une cavalière. Elle monte à cheval comme on monte ici, en sautant des barres, des murs, des haies ; pas de refus, pas deDanse avec lui dérobade. Elle vit comme on vit ici, en avalant les obstacles les uns derrière les autres, toujours plus vite, toujours plus haut. Jusqu’au point de rupture, la chute et la mort de son cheval, la trahison et la mort de son mari, qui la laissent terrorisée et exsangue, incapable de comprendre et de se relever, incapable de remonter à cheval, d’aimer à nouveau, de vivre. Une carrière sans obstacle, une écurie vide, un vieux cheval blanc, un vieil homme. Il n’a jamais sauté une barre, un mur, une haie, jamais fait de parcours, jamais gagné de compétition, et pourtant il fait danser les chevaux comme personne, dans la douceur et l’harmonie, dans une compréhension mutuelle, une intelligence équestre délicate et profonde mais qu’il n’a jamais réussi à mettre au service de sa vie. Avec lui, elle va transcender sa peur et se remettre en selle, découvrir un autre rapport aux chevaux, aux hommes, réapprendre à vivre, autrement… Avec elle, il va découvrir le besoin de transmettre, le plaisir de donner, le bonheur d’aimer…»

dernier trappeur Le Dernier Trappeur (film documentaire de Nicolas Vanier. Sortie : 2004). «Au coeur des Montagnes Rocheuses, Norman vit avec Nebaska, une indienne Nahanni, et ses chiens de traîneaux. Déconnectés des besoins créés par la société moderne, ils se nourrissent des produits de la chasse et de la pêche. Norman fabrique ses raquettes, son traîneau, son canoë avec le bois et l’écorce prélevés en forêt. Une fois par an, Norman effectue un voyage jusqu’en ville pour vendre ses peaux et acheter le peu dont il a besoin, un jour où tout bascule…»

 Deux Frères (Réalisateur : J-J Annaud. Sortie : 2004). «Il était une fois deux frères. Nés au coeur de la jungle indochinoise, dans les ruines d’un temple que l’on pouvait croire oublié à jamais, deux petits tigres grandissent, sedeux frères livrant aux jeux de l’apprentissage sous le regard bienveillant des Bouddhas rongés par la mousse et celui, attentif, de leurs parents.
Le destin des deux frères bascule lorsque survient un ancien chasseur reconverti dans le pillage des statues sacrées.
L’un se retrouve vedette de cirque sous le nom de Koumal. L’autre est baptisé Sangha par le fils d’un administrateur colonial qui en fait son animal de compagnie, avant d’être confié à un Prince.
Les deux frères se retrouveront à l’âge adulte, dans une arène, face à face…»

Le Monde de Némo (Réalisation : A. Stanton et L. Unkrich. Sortie : 2003). «Dans les eaux tropicales de la GrandeLe monde de Némo Barrière de corail, un poisson-clown du nom de Marin mène une existence paisible avec son fils unique, Nemo. Redoutant l’océan et ses risques imprévisibles, il fait de son mieux pour protéger son fils. Comme tous les petits poissons de son âge, celui-ci rêve pourtant d’explorer les mystérieux récifs.
Lorsque Nemo disparaît, Marin devient malgré lui le héros d’une quête unique et palpitante. Le pauvre papa ignore que son rejeton à écailles a été emmené jusque dans l’aquarium d’un dentiste. Marin ne s’engagera pas seul dans l’aventure : la jolie Dory, un poisson-chirurgien bleu à la mémoire défaillante et au grand coeur, va se révéler d’une aide précieuse. Les deux poissons vont affronter d’innombrables dangers, mais l’optimisme de Dory va pousser Marin à surmonter toutes ses peurs.» Pour petits et grands !!

 L’Homme qui murmurait à l’oreille des chevaux (Réalisateur : Robert Redford. Sortie : 1998). «Grace Maclean, 14 l'homme qui murmurait à l'oreille des chevauxans sort d’un terrible accident qui a coûté la vie à sa meilleure amie et causé d’irréparables dommages à son cheval favori, Pilgrim. Physiquement marquée et profondément traumatisée par ce drame, l’adolescente se replie sur elle même, renonçant à se battre contre l’infirmité. Sa mère, Annie, rédactrice dans un magazine new-yorkais, refuse cependant de s’avouer vaincue.
Fermement décidée à sauver Grace et Pilgrim, dont les destins sont intimement liés, elle se lance à la recherche d’un dresseur de chevaux susceptible de guérir l’animal de sa peur et de son hostilité. Elle retrouve ainsi, au coeur du Montana, la piste d’un légendaire « Horse Whisperer », spécialiste du dressage par la douceur, Tom Booker…
Surmontant les réticence de ce dernier, Annie le persuade d’assumer cette mission de la dernière chance qui changera aussi le cours de sa propre vie…»

Danse avec les loups (Réalisateur : Kevin Costner. Sortie : 1990). «Lieutenant de l’armée nordiste pendant la guerredanse avec les loups de Sécession, John Dunbar est grièvement blessé au pied au cours d’une bataille. Il refuse l’amputation, et se lance sans armes au devant de l’ennemi, entraînant à sa suite les soldats de son régiment. Cet acte de folle bravoure fait de lui un héros, et il demande à être muté dans un avant-poste de la « frontière », afin de connaître l’Ouest sauvage avant qu’il ne disparaisse. L’avant-poste en question est une cabane isolée où Dunbar doit survivre tant bien que mal en attendant les renforts. Il passe ses journées à prospecter la région, écrire son journal et tenter d’apprivoiser un loup aussi solitaire que lui…»

grand bleu  Le Grand Bleu (Réalisateur : Luc Besson. Sortie : 1988) – Du bleu, du bleu et… l’immensité du bleu. Le Grand Bleu raconte l’histoire de deux hommes : Jacques Mayol et Enzo Molinari, des apnéistes qui descendent à plus de cent mètres avec une seule goulée d’air, des plongeurs qui restent plus de quinze jours dans des caissons, par moins cinq cent mètres de fond. L’aventure de deux hommes définitivement liés à la mer.

l'oursL’Ours (Réalisateur : J-J Annaud. Sortie : 1988). Un ourson orphelin, inconscient et maladroit, est adopté par un vieil ours solitaire. Il fera avec lui l’apprentissage de la vie et du mal, un mal que personnifient deux chasseurs lancés à leurs trousses.

 Gorilles dans la brume (Réalisateur : Michael Apted. Sortie : 1988). «1966. Dian Fossey, une jeune femmegorilles dans la brume passionnée de zoologie, assiste à une conférence du professeur Leakey sur les gorilles de montagne. Plaidant sa cause avec ferveur, elle obtient d’être envoyée au Zaïre pour étudier cette espèce en voie de disparition. Mais le pays est en pleine guerre civile. Leakey repart, laissant Dian seule avec un guide, Sembagare. Après des débuts décevants, elle finit par rencontrer des groupes de gorilles et réussit à se faire accepter par eux.»