Article de Véronique Voisin – Docteur Vétérinaire

«Les termes d’activités associant l’animal, de médiation animale, de zoothérapie, de thérapie facilitée par l’animal  sont des termes qui reviennent régulièrement dans les pratiques de recherches des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme-animal. Les définitions sont nombreuses et les conflits à leurs sujets sont présents dans ce secteur qui se construit progressivement.

Voici quelques définitions trouvées dans la bibliographie, et via le net qui vous donneront un petit aperçu des divergences qui peuvent exister.

 

Les activités assistées par l’animal (AAA)

En France, l’AFIRAC a pris l’initiative en 1999 de réunir au sein d’un groupe de travail – le Gretfa – des spécialistes de disciplines très diverses – médecin, éthologue, psychologue, biologiste, vétérinaire. Son objectif : définir ce que recouvrent les Activités Associant l’Animal – AAA – et faire accepter et reconnaître, par les professionnels de la santé et de l’éducation, leurs effets positifs auprès des populations qui en bénéficient.
Les programmes identifiés et analysés par le Gretfa ont permis de constater que la présence de l’animal consiste généralement à l’associer à des activités dans le cadre d’actions sociales, éducatives et/ou thérapeutiques.

Selon ce groupe, le but de la pratique de l’AAA est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme-animal.

L’AAA est « associée à une intentionnalité : celle d’associer l’animal à un projet professionnel et/ou une compétence spécifique. Cette intentionnalité va s’accompagner d’un projet, de garanties de formation, d’une méthode. » « L’objectif…est de mettre en place les conditions d’introduction d’un animal au sein d’une démarche : qu’elle soit éducative, sociale ou thérapeutique, en veillant à ne pas nuire ni aux sujets bénéficiaires, ni à l’animal, ni aux intervenants et/ou à la structure. »

Ce constat a conduit le Gretfa à proposer une définition générique – Activités Associant l’Animal – qui peut ensuite se préciser en fonction des orientations données aux programmes : éducatives (AAA-E), sociales (AAA-S), thérapeutiques (AAA-T) ou de recherches (AAA-R).

Depuis ces travaux réalisés par le Gretfa, d’autres définitions sont apparues pour parler de l’AAA.

Selon François Beiger, ce que l’on appelle plus communément l’A.A.A. « c’est avant tout de l’animation, des jeux, de l’occupationnel où le chien est le centre du jeu et pratiquée avec des groupes. Il n’y a aucune véritable  recherche de thérapie. Aucune analyse. Pratiqué la plupart du temps par des bénévoles qui pour certains reçoivent une petite formation donnée par des clubs canins. »

F. Beiger distingue  l’AAA (ou l’animation avec l’aide d’un animal) de la médiation animale (ou zoothérapie).

Dans le travail de Maturité réalisé au Lycée Denis-de-Rougemont de Neuchâtel sous la direction de M. Yann Lenggenhager il est précisé que : L’Activité assistée par l’animal (AAA) est le premier secteur d’application de la zoothérapie. La zoothérapie englobe deux secteurs spécifiques (TAA ou thérapie assistée par l’animal et AAA) : « L’activité assistée par l’animal est basée sur l’amélioration de la qualité de vie d’une personne grâce au contact régulier avec un animal, sélectionné en fonction des problèmes de l’individu. L’activité assistée par l’animal ne fixe aucun objectif ni aucune évaluation continue. Elle n’a pas réellement de prétentions médicales, bien qu’elle soit bénéfique pour la santé de chacun. »

Sur les sites d’association, on peut trouver d’autres définitions :

– Par exemple, Activ’Dog définit l’ AAA comme une activité qui s’exerce sous forme individuelle ou en groupe à l’aide d’un animal familier, soigneusement sélectionné et entraîné, introduit par un intervenant qualifié dans l’environnement immédiat d’une personne chez qui l’on cherche à susciter des réactions visant à maintenir ou à améliorer son potentiel cognitif, physique, psychosocial ou affectif.

– Au Québec, selon Rachel Lehotkay, les Animations ou Activités Assistées par l’Animal (AAA) sont définies comme « une méthode préventive utilisant l’animal dans le but d’améliorer la qualité de vie de la personne ciblée en augmentant sa motivation à participer à des activités récréatives. Dans ce cas, l’animal n’est pas considéré comme un intermédiaire mais devient le centre d’intérêt de l’activité. (© Lehotkay 2008) »

– Aux Etats-Unis, pour ce qui est des activités assistées par l’animal, la définition de la Delta Society est la suivante (traduction personnelle en français réalisée sur le site de Rachel Lehotkay): « Les AAA fournissent des opportunités pour des bienfaits au niveau motivationnel, éducatif, récréationel et/ou thérapeutique afin d’améliorer la qualité de vie. Les AAA peuvent être dispensées dans une variété d’environnements différents par des professionnels spécialement entraînés, des para-professionnels et/ou des bénévoles accompagnés d’animaux qui rencontrent des critères spécifiques. Il n’y a pas d’objectifs spécifiques, les bénévoles ou les intervenants ne sont pas tenus de prendre des notes, et le contenu des visites est spontané. »

Thérapie facilitée par l’animal (TFA) et thérapie assistée par l’animal (TAA)

Le Gretfa fait remarquer que le terme anglo-saxon  de « Pet-therapy » a conduit à proposer en premier lieu  en français le terme de TFA ou thérapie facilitée par l’animal.

Il a été très vite constaté par le groupe et par les premiers porteurs de projet en France, que la présence du terme « thérapie » pouvait déclencher des conflits auprès des acteurs du secteur médico-psycho-socio-éducatif (conflits présents aussi avec l’utilisation du terme de zoothérapie).

On rencontre néanmoins encore ce terme dans les dénominations utilisées dans le secteur de la médiation animale, mais avec des définitions différentes et plus précises de celles des débuts de la thérapie facilitée par l’animal.

Dans le travail de Maturité réalisé au Lycée Denis-de-Rougemont de Neuchâtel, sous la direction de M. Yann Lenggenhager, il est précisé que : « On appelle le deuxième secteur d’application de la zoothérapie « thérapie assistée par l’animal » ou « thérapie facilitée par l’animal ». Elle est employée comme auxiliaire à d’autres thérapies conventionnelles. L’animal facilite le contact entre le patient et le thérapeute, il remplit le rôle de médiateur entre les intervenants et facilite ainsi l’échange entre eux. On lui attribue alors le titre de « catalyseur ». La thérapie facilitée par l’animal se pratique avec une personne spécialisée, un thérapeute dans la plupart des cas, qui met en place un programme structuré et organisé, et qui fixe dès le départ des objectifs. Il procède ensuite à des évaluations régulières du patient et de l’animal, afin de superviser l’évolution de leurs rapports ainsi que par la suite les améliorations de la santé du patient. Cette thérapie a pour but d’améliorer tout aussi bien l’état physique, psychologique, cognitif ou social de personnes souffrantes. »

Selon la Delta Society, la définition de la thérapie assistée par l’animal (TAA) est la suivante (traduction personnelle en français réalisée sur le site de Rachel Lehotkay: « La TAA est une intervention dirigée dans laquelle un animal rencontrant des critères spécifiques fait partie intégrante du processus de traitement. La TAA est dispensée ou dirigée par un professionnel du domaine de la santé ou du social qui intègre un animal dans le cadre de sa pratique professionnelle. La TAA est conçue pour promouvoir l’amélioration du fonctionnement physique, social, émotionnel ou cognitif de l’humain. La TAA peut être dispensée dans une variété d’environnements différents et peut se faire de manière individuelle ou en groupe. Des objectifs spécifiques pour chaque individu concerné sont identifiés par le professionnel et les progrès sont mesurés et consignés. »

 

La zoothérapie

Selon F. Beiger, la zoothérapie est « une médiation qui s’exerce en individuelle ou en petit groupe de trois personnes maximum à l’aide d’un animal familier, consciencieusement sélectionné et éduqué, sous la responsabilité d’un professionnel de la santé, du social ou de l’enseignement spécialisé et dans l’environnement immédiat de personnes chez qui l’on recherche à éveiller des réactions visant à maintenir ou à améliorer son potentiel, ludique, cognitif, physique, psychosocial ou affectif. »

Le terme de zoothérapie est un terme fréquemment utilisé au Québec : il m’a semblé intéressant de rechercher les autres définitions données à ce terme sur les sites québécois de zoothérapie.

– Selon Rachel Lehotkay (copyrignt 2007), la zoothérapie est « un terme générique qui fait référence à toutes sortes d’interventions destinées à l’homme et faite ave l’aide d’un animal. Elle se définit comme une méthode d’intervention basée sur la relation particulière que l’homme a développé avec l’animal et qui a pour but d’améliorer la santé mentale ou physique d’une personne, ou tout simplement sa qualité de vie. L’objectif de cette méthode peut ainsi être thérapeutique mais aussi préventif ou pédagogique. Dans chaque contexte l’idée est la même et consiste à amener l’animal dans l’environnement de la personne ciblée afin de faciliter le lien entre celle-ci et l’intervenant. L’amélioration de cette relation permet alors d’atteindre plus rapidement l’objectif choisi. »

– Sur le site du centre l’Authentique, la définition qui est donnée a été inspirée par (1) Jules Loss in « Pet facilitated Therapy in Human Health Care » (p. 124-145), un extrait de Bruce Fogle « Interrelations between People and Pets », Éd. Charles C. Thomas, 1981 et (2) par Zoothérapie-Québec, Montréal : « La zoothérapie est une technique thérapeutique, individuelle ou de groupe, caractérisée par l’utilisation d’un animal soigneusement sélectionné et entraîné avec lequel un intervenant dûment formé travaille pour maintenir ou améliorer la performance d’un client sur un ou plusieurs plans (cognitif, physique, psychologique, social ou affectif). Cette technique devrait idéale-ment être utilisée à l’intérieur d’une approche plus vaste qui l’encadre et lui donne un sens. » Selon ce centre, Zoothérapie et Thérapie assistée par l’animal (TAPA) sont synonymes (la tendance actuelle consiste à favoriser ce dernier terme).

 

La médiation animale

L’utilisation de ce terme est plus récente. Les définitions sont moins nombreuses et ont été plus difficiles à recenser. Pour l’instant les définitions que j’ai trouvées s’apparentent à la définition d’autres termes tels AAA ou zoothérapie.

Sur le site de l’association Resilienfance, le terme de Médiation animale est apparenté aux Activités Associant l’Animal (AAA) : « Les termes de « médiation animale » ou AAA correspondent à une définition générique, qui peut ensuite se préciser en fonction des orientations données aux activités. Les AAA sont associées à une intentionnalité : celle d’associer l’animal à un projet professionnel et/ou une compétence spécifique qu’il soit éducatif (AAA-E), social (AAA-S), thérapeutique (AAA-T) ou de recherche (AAA-R)(définition de l’AFIRAC et du GRETFA). La médiation animale constitue donc une pratique professionnelle qui nécessite des intervenants ayant des compétences précises, et qui ne peut être confondue avec une pratique courante de loisirs autour de l’animal. Le but de la pratique de l’AAA est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme-animal. Ces activités nécessitent la présence d’intervenants, qui animent l’activité dans une orientation précise, et de référents, personnes responsables des animaux, ayant une bonne connaissance de l’animal. »

La médiation animale, telle que définie par l’Institut Français de Zoothérapie « est avant tout un projet d’établissement passant par la volonté de la direction. Après une analyse des patients et de leurs pathologies, c’est la  mise en place d’un programme par le professionnel de la santé ou du social qui a été formé par IFZ à cet effet. Chaque programme est développé  en concertation avec l’équipe soignante. Il y a impérativement un suivi, une mise en place d’échelles d’évaluations, des synthèses et une recherche  scientifique tout au long des ateliers de médiation animale qui doivent être mis en place pour un minimum d’une année et avec une régularité dans les ateliers. » La médiation animale s’apparente à la zoothérapie, telle qu’il la définit.

 

Il est certain qu’il existe de nombreuses autres définitions pour les AAA, la TFA, la zoothérapie, la médiation animale ; le but de cet article n’était pas de toutes les recenser, mais de montrer les divergences qui existent et d’attirer l’attention sur les débats qui peuvent en découler.

Aujourd’hui, au sein de ces querelles et dans ce secteur en construction, on découvre l’apparition de nouveaux termes  comme par exemple « les Interventions Assistées par l’Animal (IAA) » ( Rachel Lehotkay), la « remédiation de la relation homme -animal » sur le site “animaux et compagnie”….

De plus, à ces termes génériques, d’autres termes plus spécialisés, en fonction des espèces animales utilisées ont vu le jour : « équithérapie », « canithérapie »…

Trouver des dénominations, des définitions qui relient et accordent l’ensemble des acteurs de ce secteur se révèle être une tache très complexe. Pour être au plus juste dans les choix qui seront pris par les futurs groupes de réflexion, il me semble primordial que l’ensemble des acteurs impliqués dans ce secteur puissent continuer à s’exprimer : les acteurs de terrain, les acteurs œuvrant dans le domaine de la recherche (éthologie, sociologie…), les représentants du monde médical et thérapeutique, du monde social, du monde éducatif, les acteurs du monde animal…»

 

Sites et bibliographie

Le chien partenaire de vies, Applications et perspectives en santé humaine, Sous la direction du Dr Didier Vernay.

– Bulletin de la Société des Enseignants Neuchâtelois de Sciences, n° 35, Juillet 2008, Santé.

– La zoothérapie ou comment le contact ordinaire avec l’animal est devenu une aide psychologique, Travail de Maturité réalisé au Lycée Denis-de-Rougemont de Neuchâtel, sous la direction de M. Yann Lenggenhager. http://www.sens-neuchatel.ch/bulletin/no35/art1-35.pdf

http://www.rachelzootherapie.ch/

http://www.authenticite.qc.ca/

http://www.institutfrancaisdezootherapie.com/

http://www.resilienfance.org/

http://www.activdog.be/

http://www.deltasociety.org/

http://www.animauxetcompagnies.com/